Une sage décision qui n'exclut pas de bons projets ultérieurs

Publié le par Mouvement Démocrate Ovillois

Le conseil général des Yvelines abandonne le circuit de F1 à Flins !

Alain Schmitz, le Président du Conseil général des Yvelines, a annoncé ce mardi que le Département des Yvelines retire son projet de construction d'un circuit de Formule 1 à Flins.

Dans une déclaration diffusée sur le site internet du département, Alain Schmitz estime que le circuit de F1 «produit d'appel du plan de soutien à l'industrie automobile lancé il y a plus d'un an a permis de mettre la Vallée de l'Automobile et de la Mobilité Durable sur les bons rails». Il considère que les différents projets de développements, concernant notamment le véhicule électrique sont à même de sauvegarder et créer des emplois dans le département.

Les terrains préemptés seront rétrocédés à la Safer, qui prévoit de consacrer ces 178 hectares à de l'agriculture biologique. Le circuit de Flins-Les Mureaux, dont le coût était estimé à 112 millions d'euros, était l'un des trois projets encore en lice avec Val de France (Sarcelles-Val d'Oise) et Magny-Cours (Nièvre) pour organiser le futur Grand Prix de France de Formule 1 en 2011. Ce projet, situé sur des champs de captage d'eau potable, s'était heurté aux défenseurs de l'environnement, au premier rang desquels la secrétaire d'Etat à l'Ecologie Chantal Jouanno et son ministre de tutelle Jean-Louis Borloo [ NDLR : ah bon ? ah ça ... vous êtes sûr ? ;-) ].

Alain Schmitz avait pourtant affirmé en juillet dernier que le projet avait «le soutien du Premier ministre».

«C'est une victoire des citoyens de la région et nous sommes très heureux que les terres soient rendues à l'agriculture», a réagi Brigitte Albrieux, du collectif «Flins sans circuit F1». «Nous sommes étonnés que des élus aient pu soutenir un projet aussi pharaonique et nous serons attentifs à l'argent qui a été consacré à cela car cet argent est celui du contribuable», a-t-elle ajouté.

Nos commentaires : il est à souhaiter que les projets ultérieurs de développement du site en cause soient à la fois économique et écologique. Il faut créer des emplois dans cette zone et donc créer des activités valorisables. C'est aux entrepreneurs, assistés d'ingénieurs qualifiés et aux élus locaux aidés par le tissu associatif local de s'emparer de la chose et de la régler de manière pragmatique. 

Saluons au passage l'excellent travail d'Hélène DANEL, militante MoDem, qui a participé au collectif "Flins sans F1", et qui a fait valoir d'une part le côté très coûteux du projet et son absence de retombée évidente pour ce qui est des emplois durables, a fait valoir les risques trop importants de pollution des nappes phréatiques affleurant dans cette zone. Son travail extrèmement pugnace a été mis en exergue à plusieurs reprises par le Parisien, notamment dans son article du 19 décembre écoulé.

Le site internet de ce collectif transpolitique, est ici : http://www.flinssanscircuitf1.org
 


 

Commenter cet article

Pascal Warin 04/12/2009 11:22


Enfin un peu de bon sens !