Myriam Revault d'Allonnes

Publié le par Mouvement Démocrate Ovillois

Je vous invite à écouter attentivement cette interview de cette brillante universitaire, philosophie morale et politique et professeur des universités, qui rejoint notre quête en vue de la fondation d'une nouvelle démocratie dans notre pays.

Cette critique bienveillante de la démocratie met bien en évidence une distinction que nous devons opérer entre le "pouvoir" qui vassalise le citoyen et le désespère et l'Autorité en qui celui-ci aura envie de croire.

De même, nous devons assumer des confrontations, des désaccords. Celui qui fuit les désaccords au nom de la tranquillité n'aura jamais d'Autorité.

 

Interview de Myriam Revault D'Allonnes
(si le lien ne marche pas, c'est que la fourmi n'est pas prêteuse ... donc aller sur
http://www.dailymotion.com/video/xc271i_interview-de-myriam-revault-d-allon_news )

 

Pourquoi nous n’aimons pas la démocratie.  On se souvient de la formule de Churchill : « La démocratie est le pire des régimes, à l’exception de tous les autres. » À l’évidence, nous n’« aimons » pas la démocratie. Et pourtant nous sommes tous démocrates… Étrange procès en désamour que celui-là…

Myriam Revault d’Allonnes s’interroge, non pas sur les critiques ou les sarcasmes dont la démocratie est l’objet, mais sur la nature de l’expérience démocratique, travaillée par l’incertitude, le conflit, l’inachèvement, inextricablement liée à ce qui s’oppose à elle et la menace. Comment l’homme démocratique, confronté à cette existence toujours problématique, ne serait-il pas en proie à l’insatisfaction et à la déception permanentes ?

Cependant, si nous n’« aimons » pas la démocratie, pouvons-nous ne pas la vouloir ? Car c’est bien l’expérience démocratique qui fait de nous des sujets éthiques et politiques, des citoyens qui ne veulent pas être ainsi gouvernés : « pas comme ça, pas pour ça, pas par eux ».

Myriam Revault d’Allonnes est philosophe, professeur des universités à l’École pratique des hautes études. On lui doit de nombreux essais de philosophie éthique et politique dont Ce que l’homme fait à l’homme (Seuil, 1995), Le Pouvoir des commencements (Seuil, 2006) et L’Homme compassionnel (Seuil, 2008).

Publié dans Démocratie culturelle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article