L'exclusion, c'est du fascisme, et réciproquement.

Publié le par Mouvement Démocrate Ovillois

Interrogé sur Europe 1, Daniel Cohn-Bendit, l'ex-leader d'Europe Ecologie, a affirmé que tout débat politique qui cherche à sanctifier une identité veut exclure. 

"Le fascisme, c'est l'exclusion", a-t-il déclaré alors qu'il était interrogé sur la polémique provoquée par le référendum suisse sur les minarets et le débat public sur l'identité nationale. "On a voulu exclure à un moment historique les juifs. Maintenant, ce sont les musulmans", a-t-il dénoncé.

Il y a, selon lui, actuellement "une tentation fascisante, une tentation de l'extrême, de repousser, de mettre dehors : c'est ça qui a été la définition première du national-socialisme". Dans le Nouvel Observateur de cette semaine, dont il est rédacteur en chef, Daniel Cohn-Bendit écrit : "Ce qui me frappe, c'est que, comme toujours, ce débat surgit en lien étroit avec celui de l'immigration... Que fait-on alors du nazisme ? Et que fait-on alors en France de Vichy et du colonialisme ? (...) Pour moi, tout débat qui veut bloquer une évolution est un débat conçu pour exclure. Alors que nous aurions bien besoin d'un débat pour inclure". (Extrait du Nouvel Obs)

Daniel Cohn-Bendit est là dessus en accord avec ce que nous écrivions dernièrement au sujet du problème par le port du voile intégral. C'est un discours social-libéral qui l'honore. La vidéo de l'interview est ici http://videos.nouvelobs.com/video/iLyROoafIGkF.html 

Publié dans Vie de l'association

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

XYZ 04/12/2009 17:31


Il y a deux sortes de français, ceux qui disent "il y a deux sortes de français", et puis, il y a les autres ... C'est un aphorisme du Général de Gaulle, il paraît, comme quoi sa période
londonienne de 40 44 lui aurait également donné le sens de l'humour !


Catherine Leininger 04/12/2009 16:13


Pourquoi ne citez-vous pas pour être exhaustif l'interview qu'il a donné au journal suisse Le Temps et qui est repris pas le quotidien Le Monde : " Les Suisses doivent revoter ", cela donne un
autre aperçu du leader d'Europe Ecologie.
catherine


Mouvement Démocrate Ovillois 04/12/2009 16:46


Merci pour votre remarque. Nous pensons que nous n'avons pas de leçon de démocratie à donner à nos amis suisses. Ceux-ci se sont exprimés, il faut en prendre acte, assumer et réagir. A ce stade, la
parole revient aux politiques et aux citoyens actifs pour commenter le résultat de ce scrutin. Ce sera ensuite aux citoyens suisses de se déterminer démocratiquement par eux-même. L'objet de cet
article est en fait à double sens. Le mot fort de l'intervention de DCB, c'est le mot "exclusion". De dire qu'un groupe qui exclut est un groupe qui tend vers le fascisme nous semble très juste.