Marchés publics sur Houilles : l'opacité est de mise.

Publié le par Mouvement Démocrate Ovillois

Lors du dernier conseil municipal, le maire de Houilles, a fait voter par sa majorité et certains élus de l'opposition qui se prétendent vouloir être "aux affaires",  une disposition qui lui permet de passer l'ensemble des marchés publics pour travaux sans les soumettre préalablement pour accord au conseil municipal et donc en informer son opposition.
 

Soulignons que c'est Nicolas Sarkozy, au nom de la simplification et de l'accélération des programmes de construction dans le cadre du plan de relance de l'économie, qui a fait modifier par la majorité au parlement l'article L2122-22 du Code général des collectivités territoriales.

Jusqu'à présent, cet article permettait au maire de négocier tous les marchés jusqu'à 206.000 euros sans solliciter le feu vert du conseil. Ce plafond est passé à 5 millions d'euros pour les marchés de travaux ! Désormais, le maire peut aussi approuver seul les avenants aux contrats de marchés déjà signés, quel qu'en soit le montant. Auparavant, le conseil devait se prononcer dès que les sommes dépassaient 5 % du devis initial.

Les élus MoDem de Houilles ont évidemment voté contre une résolution qui limite singulièrement le devoir démocratique de transparence de décision et de contrôle, notamment en matière financière et contractuelle, qui pèse sur la majorité municipale.

Les mauvaises gestions des marchés publics sur Houilles sont récurrents depuis une longue date, vu notamment l'abondance des contentieux qui en ont suivi et les résultats qui les mettent en évidence. C'est donc une très mauvaise disposition que d'empêcher l'opposition d'accéder à l'information et de faire son travail de critique. 

De même qu'il est tout aussi mauvais pour une majorité de faire de l'obstruction systématique aux arguments de fond de son opposition et de ne pas l'écouter, notamment sur des dossiers d'appel à concertation qui concerne le pôle culturel et le conservatoire.

Cette disposition va enfin à l'encontre de la transparence réclamée aujourd'hui par les citoyens vis-à-vis des décisions prises par leurs élus et n'arrangera pas les affaires de la ville, bien au contraire.

Je mets au défi ceux qui nous liront de constater que les voies de recours ne vont pas aller en diminuant le devoir de transparence des maires, mais que notamment ils vont s'accroitre vu le degré de suspicion nécessairement engendré par l'opacité de leurs actions, notamment au vu du passé judiciaire des partis politiques tels que l'UMP et le PS qui est loin d'être irréprochable. 

Publié dans Démocratie locale

Commenter cet article