Sports en crise dans les Yvelines.

Publié le par Mouvement Démocrate Ovillois

Notre attention a été retenu sur un article « où partent nos champions ? » en première page du périodique gratuit COURRIER PLUS DES YVELINES (qui parle de la politique locale ou du travail des élus PS PC ou UMP sans parler du MoDem et des élus, c'est bizarre ...).

 

Cet article implique le maire conseiller général actuel de Houilles, chargé en tant que « Vice Président » du dossier des sports au sein du Conseil Général.

 

Cet article relève que de grands champions nationaux comme encore récemment Sébastien Rouault, nageur olympique (Saint Germain en Laye) , Salah Ghiadi, athlète champion de France (Vernouillet), Frédéric Belaubre champion européen de triathlon (Poissy, puis Sartrouville), Vincent Zouaoui , athlète olympique (Athlé78), Mickaël Llodra, joueur professionnel de tennis, classé à l’ATP en double (Feucherolles), Brice Guyard, escrimeur olympique (le Vésinet), Sandy Casar cycliste professionnel, premier français au Tour de France 2008, Grégory Baugé, champion olympique de cyclisme sur piste (Gargenville) quittent les Yvelines pour aller faire carrière ailleurs, là où les Conseils Généraux se montrent plus entreprenants pour soutenir leur carrière. Bref, c'est l'hécatombe ...

 

Rappelons à ce stade que le Conseil général des Yvelines est le deuxième plus riche de France, juste derrière le fameux Conseil Général des Hauts de Seine, avec un budget 2008 en recettes d’investissement de 318,4 M€ (28% des recettes) et de recettes de fonctionnement : 815,4 M€.

 

Interpellé par le Courrier des Yvelines dans son édition du 19 novembre 2008, le maire de Houilles vice Président du Conseil Général chargé des sports ne s'embarasse ni d'affirmation contradictoire ni de propos décousu : s'exprimant à titre personnel et employant le "je" sarkozien à loisir,  il « refuse de financer un ou deux athlètes de haut niveau » ; il préfère « investir dans la formation des animateurs de club et dans l’éducation scolaire et via les clubs des jeunes champions» (cad en gros faire du saupoudrage de subventions de fonctionnement avec le risque évident de donner dans le clientélisme et l'inefficacité).  Il invoque que le Conseil Général n’a pas vocation « à donner dans le mécènat » qui est l’affaire des fédérations et des champions (ce qui démontre qu’il ne sait visiblement pas ce qu’est le mécénat ni en faire la différence avec le sponsoring qui est effectivement l’affaire des associations sportives). Au final, il fait un clin d’œil au maire de Maisons-Laffitte en affirmant vouloir promouvoir « à l’instar du golf », l’équitation, les champs de courses, en faisant référence au spectacle équestre de Bartabas à Versailles. Bref, il n'a de compte à rendre à personne pour ce qui est de l'accompagnement des sportifs de haut niveau.

 

Un sentiment transparait à l'examen de cet interview : il parait être à "côté de la plaque" ; là où le Conseil Général pourrait pour un coût modique ouvrir son carnet d’adresses et mettre en place de manière intelligente et intelligible une aide financière, juridique et de communication et fournir des infrastructures adéquates pour permettre en tant que mécène le soutien logistique des champions de premier niveau, le maire de Houilles estime qu’il n’a pas « l’outrecuidance » (sic) de devoir en répondre, et on se demande bien pourquoi quand on arrive à la fin de l'article.

 

Rappelons au final sur Houilles que des clubs sportifs, faute d’encadrants et de soutien municipal, sont à la peine, comme encore récemment celui du célèbre Celtic de Houilles qui vient de fermer ; que le stade de foot Ostermeyer est dans une situation controversée, avec des bouts de verre qui traînent partout … Se pose alors la question évidente de la compétence manageriale personnelle de cet élu pour animer de manière efficace et impartiale (cad sans esprit de coterie) l’ensemble des réseaux sportifs de la ville et du département.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article