La gestion "éclairée" du SITRU

Publié le par Mouvement Démocrate Ovillois

Lu dans le Courrier des Yvelines de la semaine dernière le 13 février 2008.

Il s'agit d'une réaction après discussion avec l'actuel directeur du SITRU.

Monsieur le Sénateur-maire GOURNAC (UMP tendance droite radicale) est le grand initiateur en politique du maire sortant ; il a notamment parrainé avec Monsieur LEQUILLER (UMP même tendance) son élection dans un fauteuil au Conseil Général des Yvelines, avec le bilan que l'on connaît. 

Monsieur GOURNAC préside aux destinées du SITRU. Rappelons que le SITRU exploite l'usine d'incinération de Carrières sur Seine avec un taux notable et non expliqué de 7,5 % d'imposition locale pour la Ville de Houilles au lieu de 4,5 % pour les les autres communes de la Boucle.

Le SITRU vient semble-t-il d'améliorer ses installations pour augmenter sa production d'énergie et encore mieux respecter l'environnement, selon des conditions qui résultent d'un travail technique qui dépasse largement les compétences d'un homme politique ordinaire. Si cela est vrai, c'est une bonne chose.

On peut en revanche discuter fermement le gaspillage de deniers publics qui a présidé à l'illumination nocture de cette usine, s'agissant d'un coût de l'ordre de 30.000 euros environ pour une consommation de 6kWheure. Cette illumination intervient selon l'article de presse à la gloire de Monsieur GOURNAC, qui est en campagne électorale pour sa réélection à la mairie du Pecq.

SITRU_usine_illumin-e.jpg

 
Tout ceci était donc évidemment le prétexte d'un grand raout bambochard UMP intervenu en présence de Monsieur BEDIER, Président UMP du Conseil Général des Yvelines, et de Monsieur KAROUTCHI, Conseiller général UMP des Hauts de Seine, Conseiller régional UMP Ile de France, Secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement, ceci en présence notable de tous les maires sortants de la Boucle de la Seine. 

Se pose la question de savoir quel en est donc l'intérêt de tout ce tintamarre dispendieux typiquement UMP, si ce n'est flatter une fois de plus l'orgueil de ses notables et de sa coterie ? 

En fait de gestion "éclairée des consciences" selon l'allusion finale du journaliste, on se demande bien au final de quelle éclairage il s'agit.    

Publié dans Démocratie locale

Commenter cet article